Aura Papillon et Fleur de Lune

Développement personnel et activisme

Réflexions et partages

De l'espace pour l'expérience

Bourgeons à bois et à fleurs d'amandier

Dans cet écrit je vous partage là le retour de mon expérience suite aux prises de décisions que j'ai faites

en ma vie ces dernières semaines, me laissant aller à ce que je ressentais en moi.

Une expérience, une ouverture, une opportunité.


J'ai voulu me voir, me connaître, me créer, enlever toutes les couches qui m'encombraient ;

celles que je ne voulais plus : les croyances, les traumatismes, les blessures.

Faire un, avec mon être, avec mon corps, avec ma vie, avec la vie, avec mes peurs, mes capacités, mon

amour, tout.

Et petit à petit j'ai senti l'équilibre se faire.


Je m'étais mise à nu, je l'ai symbolisé, matérialisé :

je me suis rasée le crâne, j'ai cessé de manger, et puis ensuite j'ai fait des tas d'expériences de mon corps.

Avec pour honnête et profonde intention de me créer, me connaître, avec soin et amour, avec confiance et authenticité, telle que je suis.

J'ai voulu le connaître, et en me perdant dans des extrêmes, me perdant dans mes doutes, mes peurs, je

réalisais toujours que je me trouvais, partout, à chaque fois je me retrouvais.

C'est-à-dire que je me rappelais à ce que je voulais vraiment pour moi, cette vie, et je pouvais ne pas

savoir comment faire, être dans mes pensées, mes blessures.

Je Savais, que je me trouvais au bon endroit, que j'étais sur la bonne voie.

Je laissais les choses aller, et parfois mes vieux réflexes revenaient.

Ce soir je me rappelle pourquoi il y a un peu plus de trois mois je me suis rasée le crâne ; c'était la fin des

mensonges, le début de la vie que je choisissais.

J'ai coupé le fil sur lequel j'essayais de tenir en équilibre, sauté dans le vide.

Voler et croire qu'on tombe, tomber et croire qu'on vole.


Les perceptions.

La pensée créatrice, et parfois croire qu'on vole en tombant nous fait pousser des ailes.

Les perceptions sont infinies, l'unité dissolvant les opposés.

Les pleurs, les envies de tout lâcher, l'enthousiasme, la joie, le bonheur, l'envie de mourir, les pensées, les

peurs, l'amour. Les émotions, puis au plus profond, émergeant, puissant et inspirant : les sentiments et les

sensations.


Doucement, j'ai ressenti que tout ce qui était lu dans des livres de développement personnel était de

merveilleux outils lorsque je prenais conscience que la Vie n'est pas un livre.

Rien est lisse, tout blanc ou noir. Il y a ces nuances qui apparaissent au grès des rythmes, des vies, des

respirations, la Liberté.

Alors je me suis sentie m'unir à ce tout, cette vie, avec ce qui la compose, sans plus chercher à la lisser

comme une page, à établir des façons de parler, pensées, percevoir toute blanche ou noire.

J'ai accueilli les nuances, et je les ai aimé peu à peu. Je les trouvais charmantes, je les trouvais touchantes,

ces nuances. Encore des émotions, que j'ai accueilli, en saisissant qu'elles aussi étaient ce chemin, cette

vie.

Que c'était encore une perception, et la nouvelle qui se créait en moi là était celle que tout était unité,

équilibre. Qu'équilibre signifiait que rien ne s'opposait, seulement tout ensemble formait une beauté, une

force, une réalité.

Que la perfection, que les pages blanches remplies d'encre noire avec des mots bien choisis et mode

d'emploi était illusion sans l'expérience concrète, sans l'accueil et l'acceptation.


En laissant tomber mes perceptions passées, mon contrôle, j'ai pris conscience de la vie, parfaite en elle-

même, en sa manifestation sous toutes ses formes, et j'ai grandi.


Déconstruire ses croyances, regarder au-delà de ses connaissances, quelles qu'elles soient.

J'ai fait l'expérience de vivre, de choisir, de ressentir en mettant entre deux parenthèses les croyances, les

connaissances que j'avais en moi, toutes les pensées, les émotions associées à celles-ci ou non.

J'ai laissé les choses être, et j'ai mis de côté la peur, elle aussi, avec plus de présence.

J'ai ressenti mon corps, j'y ai porté attention.

J'ai rencontré comme pour la première fois la vie qui se manifestait en lui, par toutes mes sensations, et

par la suite la vie qui se manifestait autour de moi, toujours avec ces mises entre parenthèses de mes

savoirs, mes pensées, mes croyances.


Au-delà des émotions il y a la profondeur des sentiments, ceux-ci unis aux sensations en mon corps.

J'ai perçu la différence entre émotion et sentiment. Je sentais combien je pouvais me sentir sereine, ancrée

en ressentant des émotions me traverser, se manifester, se libérer, et qu'en conscience et présence je me

sentais centrée, sereine.

Dans cette espace sans connaissances, sans croyances, ces dernières se dissolvaient alors, par l'expérience.

Je prenais conscience en ma pleine présence de la manière dont je pouvais vivre sereinement ma

sensibilité, en en ressentant toute sa puissance, tout ce qu'elle me permettait de vivre et de créer.


Ma conscience était en chaque partie de mon corps, en mon souffle, et peu à peu j'ai ressenti ma

conscience être autour de moi-même, je n'étais plus séparée comme avant de ce qui m'entourait, je sentais

un lien.

Mon intuition a plus de place, le silence fait par la mise entre parenthèses de mes croyances et

connaissances donne cette place à ma conscience, et celle-ci en mon pouvoir créateur.

J'ai senti la confiance emplir mon être, je sens que mes choix sont fait plus simplement, je ressens qu'il n'y

a pas d'erreur possible. Avec confiance.


Avec cette attitude, cette perception sur moi-même et la vie j'ai accueilli une force de la vie en moi qui me

captive, je porte mon attention à l'accueillir, la ressentir pour la rencontrer sans chercher à l'analyser,

l'intellectualiser.

J'ai posé mes yeux sur les choses avec ma conscience en harmonie dans mon mental calme, mon esprit

tranquille et mon corps serein.

Ma façon d'apprendre et de lire fut différente, je ressens les choses en mon corps, et quelques heures après

mes apprentissages, découvertes je fais l'expérience plus pratique des choses, je les intègre en moi ainsi,

par ces expériences et les liens qui se font entre tout. En l'Unité de la Vie.

J'observe mes comportements, mes choix, mes pensées, avec plus de calme à l'intérieur, plus de

discernement.

Cette conscience et ce nouveau rapport à mon corps me fait ressentir un lien profond avec l'Amour, le

sentiment d'amour et de connexion, d'unité en moi, à la vie, aux autres.

Subtilement, dans un équilibre dont mon énergie en est impactée positivement.

Je ressens plus d'enthousiasme, de curiosité, de confiance.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article, mais tu peux être le premier !

Rédiger un commentaire